Paradigme 10 : Plus de réflexions sur les décisions critiques et le contrôle des risques

Dans l’article précédent de la série Paradigm Shift, nous avons examiné les conditions dans lesquelles nous sommes enclins à faire une « exception à la règle » et à ignorer délibérément les règles de sécurité – avec parfois de graves conséquences. Mais ce n’est pas le seul cas où nos choix augmentent délibérément le risque lié à une situation. Le fait est que les êtres humains sont soumis à ce que l’on pourrait appeler une illusion de contrôle : nous considérons les activités au cours desquelles notre sécurité dépend du fait que nous ne commettons pas une erreur moins dangereuses que celles dans lesquelles nous n’avons pas ce contrôle. (Par exemple : malgré les statistiques, presque personne n’a peur de conduire, alors que la peur de prendre l’avion est très répandue.) De plus, nous augmentons notre risque de blessure aussi d’une autre manière : lorsque les mauvaises décisions ne sont plus l’exception mais deviennent la règle, auquel cas nous nous habituons à des comportements à risque. Ajoutez à cela un imprévu, et les accidents deviennent souvent inévitables. Dans le dixième volet de notre série, nous examinons comment les individus peuvent souvent augmenter délibérément le risque et quels mécanismes et décisions sous-tendent cette tendance.

Juste pour cette fois : augmenter les risques en enfreignant nos propres règles

Nous prenons tous de mauvaises décisions critiques lorsque nous sommes pressés, frustrés, fatigués ou en excès de confiance – ou lorsqu’une combinaison de ces quatre états est à l’œuvre. Souvent, ces décisions sont considérées comme des exceptions ponctuelles : « Juste pour cette fois, je n’utiliserai pas le masque de protection parce que c’est presque l’heure de la fermeture et que ce n’est qu’une petite tâche rapide.

Deux hommes sortent de la baie sur un petit bateau à moteur.
Toujours avec le bon équipement au travail : notre guide de sécurité « Le bon PSA est loin d’être tout » explique ce qui se cache réellement derrière la non-conformité.
Téléchargez-le gratuitement ici !
(Image : © hayoshka | stock.adobe.com)

Toutefois, ces exceptions signifient renoncer à quelque chose qui, bien que non strictement nécessaire, atténuerait les conséquences d’un accident ou d’un événement imprévu. Quelle que soit votre hâte, vous ne pouvez pas démarrer une voiture sans clé – mais vous pouvez commencer à conduire sans attacher votre ceinture de sécurité. Vous ne voudriez probablement pas monter dans un canot ou un petit bateau sans rames – mais vous pourriez facilement ne pas remarquer l’absence de gilets de sauvetage ou même décider délibérément de ne pas les prendre.

Éviter les exceptions en matière de sensibilisation aux risques

Rappelez-vous le premier exemple dans le Paradigm Shift n° 9 sur les décisions critiques : pour retirer la protection d’une disqueuse, l’ouvrier a d’abord dû réfléchir brièvement à la tâche et faire un petit effort – mais pas autant que s’il avait marché pendant 15 minutes pour se rendre à la réserve à outils, puis 15 minutes pour revenir. Mais si, conscient du risque, l’employé avait fait une courte pause et

  1. S’était demandé pourquoi il faisait autrement que d’habitude,
  2. Avait réfléchi à la question de savoir s’il faisait cela sous l’effet de la précipitation, de la frustration, de la fatigue et de l’excès de confiance, et
  3. Avait accepté ce qui pourrait arriver dans le pire des cas,

alors il y a de fortes chances qu’il n’aurait pas enlevé la protection et ne serait donc pas sectionné les tendons de la main. L’astuce pour prendre conscience du risque est donc d’utiliser la technique de l’auto-déclenchement, c’est-à-dire de revenir au moment présent et de réfléchir à ces questions clés. Cette action simple peut empêcher la tentation de faire une « exception à la règle » et, par conséquent, de subir potentiellement des blessures graves, voire fatales.

Plus qu’une exception : lorsque les comportements à risque deviennent une habitude

D’autre part, il y a aussi des personnes qui ont pris l’habitude d’éviter l’utilisation de certains dispositifs de sécurité ou de faire fi des règles visant à minimiser les risques. Ils ont fait de ce comportement à risque une habitude ; changer les habitudes, comme nous le savons tous, demande un grand effort, mais, une fois que nous nous concentrons sur le défi, il existe des moyens efficaces de faciliter le changement de comportement :

  1. En réfléchissant aux accidents évités de justesse et aux leçons à en tirer ; et
  2. En réfléchissant à la façon dont le résultat d’un accident aurait pu être pire.

Selon que nous nous comportons habituellement ou exceptionnellement de façon risquée en violant les règlements, il existe différentes façons d’améliorer notre sécurité. Si, par exemple, nous ne faisons qu’une exception ponctuelle, c’est généralement parce que nous sommes pressés, frustrés ou fatigués – et nous pouvons donc utiliser la technique de l’auto-déclenchement. Cependant, si le comportement à risque est déjà devenu une habitude, les deux procédures mentionnées ci-dessus (réfléchir aux accidents évités de justesse et à la question « comment cela aurait pu être pire ? ») seront utiles. Le graphique montre la situation de départ et la stratégie appropriée en un coup d’œil.

Illustration de SafeStart : Techniques pour améliorer les bons réflexes en temps réel.
Illustration : Techniques pour améliorer les bons réflexes en temps réel. (Image : © SafeStart)

Néanmoins, le problème des décisions critiques ne se limite pas aux comportements à risque habituels découlant de l’excès de confiance ou des décisions risquées dues à la précipitation, à la frustration ou à la fatigue. Il s’agit d’un problème aux multiples facettes, comme le démontre l’expérience personnelle suivante.

L’illusion du contrôle

Les gens ont tendance à sous-estimer les risques lorsqu’ils pensent pouvoir exercer une influence sur eux – et à surestimer les autres. Beaucoup de gens, par exemple, ont peur de prendre l’avion – bien que les statistiques montrent que le risque de mourir dans un accident d’avion est nettement inférieur à celui d’un accident de voiture. Mais la différence, c’est que nous sommes nous-mêmes au volant de la voiture, alors nous pensons avoir le contrôle sur ce qui se passe. Alors qu’en tant que passager d’avion, nous devons confier notre vie au pilote et à la technologie – ce qui, à son tour, produit un désagréable sentiment de perte : ni les statistiques, ni les évaluations des risques, ni les arguments rationnels n’ont le pouvoir de supprimer un tel sentiment.

Je me souviens d’avoir moi-même vécu l’illusion du contrôle en 1994, alors que je faisais du ski avec deux amis au Val d’Isère. Une tempête ayant laissé près d’un mètre de neige dans son sillage, nous avons décidé de profiter au maximum de la poudreuse fraîche hors des pistes principales. Skieurs expérimentés que nous étions, nous nous sommes régalés ainsi toute la matinée. Dans l’après-midi, il était devenu de plus en plus difficile de trouver des endroits vierges. Mes compagnons ont utilisé des cartes et des boussoles pour que nous puissions profiter de deux heures de plus de neige fraîche dans l’après-midi. À un moment, nous avons voulu descendre un chemin en pente raide. J’étais en troisième position. Soudain, le premier d’entre nous s’est arrêté, puis le second et enfin moi. Que s’était-il passé ? Mon amie Elaine, qui était en tête, avait remarqué juste à temps que nous étions sur le mauvais chemin : il se terminait sur une falaise. Si j’étais tombé, j’aurais pu entraîner les autres dans ma chute.

Nous devions alors gravir le flan de la montagne avec nos skis, un effort intense dans le froid. Une fois proches du sommet – et le sentiment d’être tirés d’affaire – après quelques centaines de mètres d’ascension j’ai réalisé qu’un risque qu’on ne peut pas influencer soi-même reste toujours le même. En revanche, un risque qui dépend de nous a tendance à augmenter avec le temps. Au lieu de faire moins d’erreurs et de les éviter, nous en faisons plus et sommes plus souvent distraits. Nous pensons devoir simplement « faire attention ». Mais ce n’est pas suffisant. Dans notre cas, j’avais une confiance aveugle en mes compagnons et leur équipement. Je n’avais pas contre-vérifié, et eux non plus. Ce manque de conscience des risques, en fait la prise de décisions potentiellement fatales, nous met tous en danger de mort. Parce que le ski est – contrairement au football, par exemple – un sport dans lequel les blessures résultent principalement de ses propres erreurs. Il en résulte qu’au ski le risque augmente avec le temps : nous sommes de plus en plus enclins à l’excès de confiance.

Volontairement distrait

L'homme en costume s'assoit au volant d'une voiture et regarde son smartphone dans sa main et se laisse distraire délibérément.
Nous les connaissons tous, et pourtant personne n’en est à l’abri : les distractions au volant sont parmi les causes d’accidents les plus fréquentes. Dans notre guide de sécurité gratuit, nous ouvrons de nouvelles perspectives.
Téléchargez-le maintenant gratuitement !
(Image : © baranq | stock.adobe.com)

Malheureusement, nous augmentons aussi consciemment nos risques d’une autre façon : lorsque nous faisons des choses dont nous savons qu’elles nous distraient et augmentent ainsi le risque de commettre les deux premières erreurs critiques, nous laissant déconcentrés et pas attentifs à la tâche. De cette façon, nous augmentons délibérément le risque d’un « moment sans défense » – même si nous ne sommes pas précisément conscients des conséquences possibles. L’exemple le plus souvent cité dans ce contexte est probablement celui de la lecture ou l’envoi de messages sur votre téléphone lorsque vous vous déplacez – que ce soit sur la route ou dans un entrepôt, au volant d’une voiture ou d’un chariot élévateur.

L’habitude joue un rôle important à cet égard. Et d’autant plus que vous vous êtes tellement habitué à taper des messages sur votre téléphone portable en conduisant que vous ne pensez même plus au risque. Cela n’en fait pas pour autant une règle : la plupart des gens n’envoient pas de SMS en conduisant ni ne passent d’appels téléphoniques. Mais, comme nous l’avons vu, la plupart des gens font des exceptions même lorsqu’il y a précipitation, frustration, fatigue et confiance.

Par conséquent, si une personne fait une exception à sa propre règle, alors, par définition, elle le fait consciemment. Regarder le téléphone au volant ou alors qu’on se déplace est donc une décision délibérée. Mais ils savent qu’ils peuvent détourner le regard une seconde, à condition qu’ils ramènent vite leurs yeux sur la route ou le chemin devant eux. Dans la plupart des cas, l’individu s’assure également qu’il ne fait autre chose que lorsque le risque d’accident semble faible – par exemple, lorsqu’il y a peu de circulation et qu’il n’y a pas de virage sur la route. Nous savons que tant que nous sommes concentrés sur la tâche et que nous pouvons évaluer le risque, nous pouvons aussi détourner le regard une seconde sans qu’il y ait un gros problème, non ? Mais plus nous le faisons souvent, plus cela semble normal. L’utilisation du téléphone portable au volant n’est plus une exception, c’est devenu une routine – et une habitude dangereuse.

La seconde de plus : une distraction imprévue est ajoutée

Malgré tout, tout semble aller bien – jusqu’à ce que « la seconde de plus » fasse son apparition. Cela se produit parce que le conducteur détourne les yeux momentanément – quelque chose, un message ou un panneau publicitaire, attire son attention pendant un instant inattendu. Bien que le conducteur ait déjà délibérément fait quelque chose qui l’a détourné de la tâche à accomplir, cette seconde de plus est inattendue. En fait, la seconde de plus est toujours inattendue et peut causer beaucoup de problèmes, surtout lorsque l’on roule à grande vitesse. Parce qu’à 100 kilomètres à l’heure, vous vous déplacez de 27 mètres par seconde.

Presque tout le monde a fait l’expérience de cette seconde de plus. Certains ont évité de justesse des accidents, d’autres ont eu des collisions mineures à l’arrière ou de petits accrochages, mais d’autres encore ont vu des conséquences bien pires, par exemple avoir renversé un piéton ou un cycliste. Ils savaient que c’était un risque, mais ils n’avaient pas envisagé la possibilité d’être distraits une seconde de plus. Rétrospectivement, la plupart d’entre eux remarquent avoir déjà vécu auparavant des incidents évités de justesse impliquant cette seconde de plus et inattendue, mais comme rien n’est arrivé, ils n’y ont plus pensé.

Ici, la deuxième technique de réduction des erreurs critiques (TREC) est très utile, et cet article s’en inspire : on peut faire des choses risquées – mais seulement pour un temps très limité. Une fois que vous vous êtes habitué au risque accru, vous ne pouvez plus contrôler le risque qui vient avec la seconde de plus. Et, si vous ne tenez pas compte de la seconde de plus, vous pouvez facilement entrer dans la ligne de tir ou perdre votre équilibre, votre adhérence ou votre prise, ce qui augmente considérablement le risque de blessure ou d’accident.

Conclusion : comment nous augmentons consciemment notre risque de blessure

Dans cet article, nous avons appris les deux façons dont les gens augmentent délibérément le risque d’une situation. Bien que l’une comme l’autre puisse être le résultat d’une décision consciente, la personne en question n’est pas consciente du niveau auquel elle a effectivement augmenté son risque.

  1. Ils ne se rendent pas compte que l’augmentation des risques en raison d’erreurs continue avec le temps – contrairement aux risques que nous n’aimons pas (comme ceux que nous ne pouvons pas influencer).
  2. Dans les situations où ils font délibérément quelque chose qui les distrait de la tâche à accomplir, ils ne tiennent pas compte du risque de la « seconde de plus », ce qui augmente encore une fois considérablement le risque (par exemple, un conducteur qui, à haute vitesse, se laisse distraire et ne regarde plus la route).

Surtout lors d’activités dans lesquelles tout dépend de notre capacité à ne pas commettre d’erreur, nous avons tendance à faire preuve de plus en plus d’excès de confiance avec le temps – parce que rien d’inattendu ne s’est jamais produit auparavant. C’est pourquoi nous nous sentons plus en sécurité alors même que nous sommes de plus en plus enclins à commettre des erreurs. Le risque pour notre sécurité personnelle ne diminue pas avec le temps ; au contraire, il augmente.

Cependant, ces résultats peuvent faire plus qu’atténuer les chiffres des blessures et accidents : dans le prochain numéro, nous verrons comment ils peuvent améliorer la qualité, la productivité et les relations avec la clientèle.

Bien à vous,
Larry Wilson

 

(Image de couverture : © сергей пакулин | stock.adobe.com)