Paradigme 6 : Les schémas qui mènent de l’erreur au risque, et le concept d’auto-déclenchement

constructeur fatigué, ciel bleu, grue, EPI, équipement de protection individuelle, casque de protection blanc, fatigue, sueur, chaleur, épuisement, déclenchement, réagir aux états, éviter les erreurs, techniques de réduction des erreurs critiques, Reconnaître les conditions, éviter les erreurs critiques, prévenir les accidents du travail, prévenir les accidents au travail, améliorer la sécurité personnelle en temps réel, protection contre les erreurs, protection contre les blessures, protection contre les accidents, réduire la précipitation, réduire la frustration, combattre la fatigue, éviter les erreurs de manière proactive, éviter les erreurs de manière proactive, prévention pro-active des erreurs, SafeStart, SafeStart International, habitudes sécurité, sécurité au travail, sécurité du travail, améliorer la culture de la sécurité, améliorer la sensibilisation à la sécurité, réduire les défaillances humaines, réduire les blessures, réduction des blessures, réduire les taux d'accidents, améliorer les chiffres de l'entreprise, éviter les erreurs critiques, mettre en œuvre un changement de culture positif au sein de votre entreprise, promouvoir l'engagement des employés, augmenter l'engagement des employés, sécurité 24h / 24, 7j / 7, sécurité en permanence, être en permanence en sécurité, comportements sécuritaires, apprendre à adopter un comportement sûr, acquérir des compétences universelles en matière de sécurité, compétences sécuritaires pour les familles, compétences de sécurité pour les enfants, compétences de sécurité pour tous, formation à la sécurité pour les employés, sécurité pour l'ensemble de l'entreprise, formation à la sécurité pour enfants, amélioration de l'efficacité opérationnelle, amélioration de la qualité, habitudes relatives à la sécurité, comportements liés à la sécurité, schémas de risque, garantir les performances élevées, états critiques, décisions critiques, erreurs critiques, comment surviennent les blessures, comment prévenir les blessures, comment prévenir les accidents

Précédemment, dans la série Paradigm Shifts, nous avons montré comment les états émotionnels de précipitation, de frustration et de fatigue conduisent à des erreurs, de sorte que même une situation à faible risque peut causer des accidents et blessures. Après avoir mis l’accent sur la meilleure façon de faire face aux effets néfastes de l’excès de confiance, nous introduisons maintenant le concept de réaction aux états dans notre sixième partie. Réagir aux états vous aide à détecter quand vous devenez frustré, fatigué ou stressé, afin que vous puissiez vous comporter de façon sûre en tout temps.

Notre premier article concernait la question des dangers ou des énergies dangereuses. C’est l’erreur humaine qui transforme l’énergie en énergie dangereuse. Dans le deuxième article, nous avons examiné notre pyramide des risques personnels et les trois sources d’événements inattendus – dont 95 % sont liés à notre propre comportement. La troisième partie a montré pourquoi les évaluations des risques sont tout sauf intuitives : les pires blessures ne sont généralement pas le résultat des activités les plus dangereuses. Dans la quatrième partie, nous avons traité des quatre états de précipitation, de frustration, de fatigue et d’excès de confiance de manière générale, et du rôle que jouent réellement nos réflexes ainsi que deux erreurs critiques (le manque d’attention visuelle et de concentration mentale). La question « Sommes-nous suffisamment en sécurité ? » a été soulignée dans le cinquième article. Ici, l’excès de confiance et les moyens de contrecarrer les réactions habituelles ont occupé le devant de la scène.

Mais comment faire face aux trois autres états – précipitation, frustration et fatigue – sources d’erreurs évitables ? C’est la question à laquelle nous nous attaquons cette fois-ci.

Les événements imprévisibles et leurs causes

Une chose est évidente : que l’on perde l’équilibre ou rate un feu rouge, le propre de l’erreur est son aspect involontaire et donc imprévisible. Mais nous devons faire ici une distinction importante, car nous savons à l’avance que certaines décisions pourraient mal tourner : par exemple, dans le choix d’un partenaire conjugal ou d’un investissement boursier. Dans ces cas-là, si la réalité ne correspond pas à nos espoirs, nous ne pouvons pas dire que le résultat était complètement inattendu.

D’un autre côté, si nous trébuchons sur un câble ou glissons sur un sol fraîchement lavé, nous heurtons souvent le sol si vite que nous ne savons même pas ce qui s’est réellement passé. L’événement, tel que nous le vivons, est complètement inattendu.

Bien sûr, nous pouvons estimer à l’avance la vitesse à laquelle on prend un virage et ajuster la distance de freinage sur une surface mouillée. Mais soyons réalistes : lorsque nous chutons ou dérapons, un mauvais calcul est rarement le coupable. Le plus souvent, nous n’avons pas dépensé beaucoup d’énergie mentale à analyser le risque – ou même pas du tout remarqué que le sol était mouillé parce que nous n’étions pas attentifs ou concentrés sur ce que nous faisions.

Pourquoi ne pouvons-nous pas éviter les erreurs ? Bien que nous sachions que l’erreur est humaine, nos erreurs nous prennent quand même par surprise. Et la majorité d’entre elles ont des conséquences imprévues. C’est pourquoi nous ne faisons jamais exprès de faire des erreurs, tout comme nous ne faisons pas exprés de nous blesser. Et si nous ne sommes pas en mouvement et que rien n’est en mouvement autour de nous, nous ne nous faisons rarement mal. Nous pouvons encore faire beaucoup d’erreurs coûteuses en temps et en argent, mais le risque d’accident diminue considérablement. Ce n’est que lorsque les mouvements et les erreurs critiques coïncident que des accidents et des blessures peuvent se produire.

Quatre erreurs critiques sont à l’origine de la majorité des accidents et des blessures

Il existe au total quatre erreurs critiques :

  • Le manque d’attention visuelle
  • Le manque de concentration
  • Entrer en ligne de tir
  • La perte d’équilibre, d’adhérence ou de prise.
tat à erreur, modèle, flèches, pyramide, dangers, dangers avec une erreur critique, précipitation, fatigue, frustration, excès de confiance, inattention du regard, distraction, ligne de tir, équilibre, traction, adhérence, erreurs involontaires, taux d'accidents, risque de blessure, formation sur la sécurité au travail, aperçu du programme, nouvelle perspective sur la sécurité, amélioration de la sécurité au travail, sécurité 24/7 , déclenchement, réagir aux états, éviter les erreurs, techniques de réduction des erreurs critiques, Reconnaître les conditions, éviter les erreurs critiques, prévenir les accidents du travail, prévenir les accidents au travail, améliorer la sécurité personnelle en temps réel, protection contre les erreurs, protection contre les blessures, protection contre les accidents, réduire la précipitation, réduire la frustration, combattre la fatigue, éviter les erreurs de manière proactive, éviter les erreurs de manière proactive, prévention pro-active des erreurs, SafeStart, SafeStart International, habitudes sécurité, sécurité au travail, sécurité du travail, améliorer la culture de la sécurité, améliorer la sensibilisation à la sécurité, réduire les défaillances humaines, réduire les blessures, réduction des blessures, réduire les taux d'accidents, améliorer les chiffres de l'entreprise, éviter les erreurs critiques, mettre en œuvre un changement de culture positif au sein de votre entreprise, promouvoir l'engagement des employés, augmenter l'engagement des employés, sécurité 24h / 24, 7j / 7, sécurité en permanence, être en permanence en sécurité, comportements sécuritaires, apprendre à adopter un comportement sûr, acquérir des compétences universelles en matière de sécurité, compétences sécuritaires pour les familles, compétences de sécurité pour les enfants, compétences de sécurité pour tous, formation à la sécurité pour les employés, sécurité pour l'ensemble de l'entreprise, formation à la sécurité pour enfants, amélioration de l'efficacité opérationnelle, amélioration de la qualité, habitudes relatives à la sécurité, comportements liés à la sécurité, schémas de risque, garantir les performances élevées, états critiques, décisions critiques, erreurs critiques, comment surviennent les blessures, comment prévenir les blessures, comment prévenir les accidents
Le schéma de risque condition-erreur illustre la manière dont les risques pour la sécurité changent en permanence. Réagir aux états permet d’éviter les erreurs et de prévenir les blessures avant qu’elles ne surviennent. (Image : © SafeStart)

Pouvez-vous penser à une seule blessure que vous avez subie alors que

  • Vous regardiez dans la direction où vous alliez,
  • Vous aviez les yeux fixés sur la tâche,
  • Vous étiez concentré sur la tâche,
  • Vous étiez conscient des dangers potentiels, ou
  • Vous faisiez attention à ne pas perdre votre équilibre ou votre prise ?

En dehors des activités sportives, votre réponse à ces questions est probablement « non ». Même dans le sport, les exceptions sont extrêmement rares.

Alors, si nous essayons de ne pas faire d’erreurs, pourquoi en commettons-nous si souvent ? « Il y a plusieurs raisons », diront la plupart d’entre nous. Mais en fait, les raisons ne sont pas très nombreuses – il n’en existe que quelques-unes. Ceci est un point crucial : s’il n’existe que peu de causes d’erreurs, alors il est beaucoup plus facile de les maîtriser. Pensez encore aux blessures que vous vous êtes vous-même infligées : pouvez-vous vous souvenir d’une blessure que vous avez eue alors que vous n’étiez pas

  • pressé
  • frustré
  • fatigué, ou
  • en excès de confiance (c’est-à-dire, suffisament pour sous-estimer les dangers ou l’énergie dangereuse) ?

Si vous avez répondu par l’affirmative, il y a de fortes chances que vous étiez à ce moment dans un état de joie ou de tristesse extrême, deux exceptions absolues dans la vie quotidienne.

Cependant, ces quatre états critiques ne font pas exception : presque tous les jours, nous nous trouvons pressés, frustrés, fatigués ou surestimons nos capacités de sorte que nous devenons imprécis et négligents. Cela peut être particulièrement vrai au travail. Mais il y a un côté positif dans tout cela : dans 95 % des cas d’accidents, ces quatre états sont responsables et donc les causes sont gérables. (La mauvaise nouvelle, malheureusement, c’est que nous ne pouvons pas éliminer complètement ces états.)

Reconnaissance et réaction aux états

On pourrait dire aux gens : « Eh bien, arrêtez de vous précipiter ». Cependant, il serait plus difficile d’exiger de ne plus jamais être fatigué. Par conséquent, pour améliorer la sécurité, nous devons apprendre à gérer correctement ces différentes conditions. Nous pouvons, par exemple, accroître notre conscience de sorte que nous remarquions quand nous devenons stressés, fatigués ou frustrés – de sorte à réagir en conséquence. Ces états doivent donc nous servir de signal d’alarme ou de déclencheur. Avec de tels signaux d’alerte, nous pouvons nous auto-inciter à rester attentifs et concentrés sur la tâche, à rester en dehors de la ligne de tir et à faire attention aux dangers potentiels. Le résultat est que, dès que nous nous rendons compte que nous sommes pressés, frustrés ou fatigués, nous devons nous « déclencher » en temps réel.

Une technique pour éviter les erreurs : réaction en deux étapes

Réagir aux états est la première technique de prévention des erreurs. Mais il s’agit d’un processus en deux étapes : dès que l’on se déclenche et que l’on revient « dans le moment présent », la première impulsion doit être :

  • de réduire sa vitesse,
  • de se calmer,
  • de faire une pause.

Malheureusement, cela n’est pas toujours possible au travail (ou même ailleurs). Par conséquent, dans un deuxième temps, nous devons nous concentrer sur la tâche à accomplir mentalement et visuellement, en prêtant attention à la ligne de tir et à tout danger potentiel. L’essentiel est de se concentrer immédiatement – si rapidement que nous pouvons éviter l’erreur.

Utiliser l’état comme déclencheur et se comporter de manière sûre

C’est plus difficile qu’il n’y paraît, car nous savons tous que nous faisons souvent des erreurs lorsque nous nous précipitons. Mais, si nous sommes sous pression, cette vérité n’est plus aussi évidente pour nous. Nous avons tendance à prendre des raccourcis ou à défier les mesures de sécurité « juste cette fois », parce que nous pensons que nous pouvons travailler plus vite et « gagner un peu de temps ».

Parce que l’état de précipitation provoque généralement de la nervosité, c’est à ce moment que réagir aux états doit entrer en jeu. Après avoir compris le principe menant d’un état psychologique à l’erreur, nous pouvons identifier cette nervosité comme le produit de la précipitation et révéler ainsi une source potentielle d’erreur. Nous avons la possibilité d’éviter l’inattention ; l’erreur est empêchée avant que le mal ne soit fait.

Il en va de même lorsque nous sommes fatigués ou frustrés. La fatigue réduit considérablement notre capacité à nous concentrer. Mais là aussi, on peut se « déclencher » : en constatant cette condition, nous pouvons toujours recentrer notre attention sur la tâche qui nous occupe. Il en va de même lorsque nous sommes frustrés, comme lorsque nous sommes préoccupés par une dispute conjugale ou par un traitement injuste de la part d’un superviseur. Encore une fois, nous pouvons utiliser la reconnaissance de notre état de frustration comme un déclencheur pour ramener nos pensées à l’activité en cours.

Cette méthode, qui permet de reconnaître les signaux d’alarme au bon moment, offre un énorme potentiel pour la sécurité.

Dans le prochain numéro de la série Paradigm Shift, vous apprendrez précisément comment entraîner votre inconscient de telle sorte que vous soyez capables de vous déclencher assez rapidement pour éviter les erreurs. Je vous y expliquerai les découvertes neuroscientifiques essentielles qui forment la base des Techniques de réduction des erreurs critiques (TREC).

 

Bien à vous,
Larry Wilson

 

(Image de couverture : © Olga Gromova | stock.adobe.com)