Pratique Vs. Théorie par
#1

#1 La recherche des indicateurs prédictifs fiables : En existe-t-il vraiment ?

par Mackenzie Wilson / Synthèse des observations de groupes d'experts SafeConnection

Voilà plus de trente ans que les professionnels de la sécurité recherchent les indicateurs pédictif fiables , et on leur a dit qu’observer des indicateurs de résultat équivaut à avancer en regardant seulement dans le rétroviseur; on ne peut pas voir ce qui va surgir au prochain tournant. Mais se peut-il que personne n’en ait jamais trouvé en trente ans? Ou bien alors se peut-il qu’il n’existe aucun indicateur prédictif fiable ?

Les discussions que nous avons eues sur ce sujet dans le groupe d’experts de SafeConnection ont débouché sur un résultat très inattendu. Il s’est avéré que personne ne pouvait citer l’exemple d’une entreprise qui aurait réalisé une transformation significative basée sur un indicateur prédictif. Nous connaissons tous des mutations provoquées par des catastrophes passées (Exxon, NASA,etc…), et tous les experts pouvaient évoquer des exemples d’indicateurs prédictifs qu’ils “préfèrent”, mais il leur était très difficile de trouver des changements proactifs qui seraient le résultat d’un indicateur avancé.


Certains indicateurs sont très connus de tous les experts, tel que:


• le document unique;
• les rapports de presqu’accidents;
• les visites/observations terrain;
• les communications de la direction;
• les audits et inspections;
• les suggestions d’amélioration émises par des employés;
• les analyses de risques au poste de travail;
• les briefings/instructions avant la prise de poste;
• et, pour ceux qui ont suivi Safestart, les conversations sur “Anticiper l’Erreur” et “Évaluer votre état”.

Et durant les échanges, nous avons noté un grand nombre de réponses qui se rejoignaient ou bien qui divergeaient sur ce qui est réellement fait pour éviter des accidents. Toutefois, nous avons relevé trois points communs qu’il faut prendre en considération.

Communication


Le Docteur Anthony Panepinto, (Directeur Principal des affaires environnementales, de la santé et de la sécurité chezProcter & Gamble) a mentionné les instructions avant la prise de poste, les audits, ou les rapports des presqu’accidents. “Tous ces éléments contribuent à donner une vision d’ensemble et à maintenir la concentration des esprits sur les risques ”, explique-t-il, “mais je pense que nous n’avons pas trouvé un outil spécifique.”

David Bianco ( Responsable du Programme Global SafeStart chez Epiroc) explique que le plus important, c’est d’observer directement “là où le bât blesse” et discuter avec les employés. Un avis partagé par Larry Wilson, auteur Safestart et modérateur de SafeConnection: “la capacité d’échanger avec les personnes et de connaître leur point de vue constituerait certainement l’indicateur prédictif le plus fiable, mais les canaux de communication doivent être solides et sûrs.”

LL India a trouvé un autre moyen pour faire que tous les employés soient les véritables protagonistes de la prévention des accidents: la création de leur propre outil nommé “Don’t Walk By” (“Ne passez pas à côté”). “Si vous voyez un acte ou une situation dangereux, vous prenez une photo ou vous faites une vidéo, et l’information remonte immédiatement”, a déclaré Dr Praveena Dorathi (Directrice de HSSE). Elle a par ailleurs expliqué que l’entreprise utilise un système interne de contrôle qui vérifie le nombre d’entrées. Si l’on observe un écart de pourcentage ou un nombre de récurrences important, alors certaines étapes du processus sont revues ou corrigées.

la capacité d’échanger avec les personnes et de connaître leur point de vue constituerait certainement l’indicateur prédictif le plus fiable, mais les canaux de communication doivent être solides et sûrs.

Larry Wilson,Auteur SafeStart et Modérateur de SafeConnection.

Naturellement, la formule pour la prévention des accidents n’est pas la même pour tous. Le Dr Waddah Ghanem (Directeur Principal, Institut des Directeurs de Conseil d’Administration , CCG, dans le Moyen-Orient) a souligné que ce qui est ou n’est pas un indicateur prédictif dépend du type d’organisation ou d’industrie. Par exemple, les accidents évités de justesse sont un indicateur pédictif dans les industries du pétrole et du gaz, mais dans le secteur de l’aviation un presqu’accident est considéré comme un indicateur de résultat. “ De nombreux incidents que nous avons observés sont définis comme étant des incidents liés à la sécurité, puis deviennent un indicateur de résultat”, a-t-il dit, “mais la cause profonde est différente. Quand nous parlons à des directeurs et à des hauts dirigeants, nous n’arrivons pas à parler de la causalité entre les causes racines et les accidents qui finalement surviennent.”

Quand vous commencez réellement à vous concentrer sur l’employé et quand une tâche est exécutée, les éléments qui les mettent dans un état de précipitation, de frustration ou de fatigue, sont précisément les indicateurs prédictifs clés sur lesquels vous devez axer vos efforts.

Ed Stephens, Manager Global HSE/SA chez ABB.

Salman Abdulla (Vice-Président exécutif, Emirates Global Aluminium) exprime son accord: “le maître mot, c’est la causalité. Si l’on étudie seulement les indicateurs prédictifs, on ne peut pas constater si les choses vont dans la bonne ou la mauvaise direction. Nous devons savoir dans quelle mesure des indicateurs prédictifs affectent les indicateurs de résultat.” Il explique que dans son entreprise, on a réalisé une étude dans laquelle 3 types de formation (sur les systèmes, l’équipement et les comportements) ont été analysés pour identifier laquelle produisait le plus d’effets en termes de réduction des indicateurs de résultat: ce qu’ils ont découvert, c’est que ce n’est pas la formation sur les systèmes de gestion de la sécurité ou sur l’équipement, mais bel et bien uniquement la formation sur les comportements qui avait un lien direct. Ed Stephens (Manager Global HSE/SA chez ABB) parle d’une chaîne similaire de causes profondes. “ Vous avez tous vos indicateurs prédictifs traditionnels, mais quand vous commencez réellement à vous concentrer sur l’employé et quand une tâche doit être exécutée, les éléments qui les mettent dans un état de précipitation, de frustration ou de fatigue, sont précisément les indicateurs prédictifs clés sur lesquels vous devez axer vos efforts”.

Sécurité et bien-être


Beaucoup d’experts conviennent que ce ne sont pas les indicateurs en soi, mais leur qualité qui compte vraiment. C’est parfaitement logique. Une visite terrain par le management en soi est peu efficace, à moins que des observations et des conversations judicieuses aient lieu sur place. Teg Matthews (Vice-président, SafeStart), qui anime des groupes de discussion avec des responsables HSE, déclare que quand on aborde certains indicateurs prédictifs, tels que les briefings/instructions avant la prise de poste, les responsables sont conscients de leur importance mais, ils ne sont pas convaincus de leur réelle efficacité. Aussi comment peut-on garantir que leurs indicateurs prédictifs soient efficaces?

“C’est un problème structurel”, dit M. Salman: “Si la sécurité et le bien-être ne sont pas traités de concert avec la productivité et la rentabilité, alors cette organisation peut avoir autant d’indicateurs prédictifs qu’elle veut, leur impact sera minime”. Il explique que le premier signe suspect qu’il recherche est l’écart de pouvoir entre le “grand patron” et les responsables de la santé et de la sécurité. Le second aspect auquel il est attentif, c’est le pourcentage de cas résolus. “Ce ne sont pas les audits ni le nombre de non-conformités ou d’écarts que vous trouvez, mais plutôt la rapidité à laquelle l’organisation clôt les incidents de manière significative.”

Ahmed Khalil (Directeur EHS, Bahrain Petroleum Company) ajoute que l’efficacité d’un indicateur clé de performance ou d’un indicateur prédictif dépend entièrement de l’organisation, mais il est néanmoins crucial qu’une organisation examine à la fois la sécurité des procédés et la sécurité personnelle quand elle choisit ces indicateurs.

Si la sécurité et le bien-être ne sont pas traités de concert avec la productivité et la rentabilité, alors cette organisation peut avoir autant d’indicateurs prédictifs qu’elle veut, leur impact sera minime.

Salman Abdulla, Vice-Président Exécutif, Emirates Global Aluminium.
Pour toutes ces raisons, l’engagement du top management est capital. Abdulla Marzooqi (Expert HSE régional indépendant au Moyen-Orient) confie que quand il travaillait dans le Groupe ADNOC à Abu Dhabi ” il avait été demandé aux directeurs RH, financier et du service juridique d’effectuer des visites terrain, de parler avec les opérateurs et d’évaluer la maintenance et les changements nécessaires.” C’est de cette façon que nous avons réglé des problèmes sur place”, assure-t-il.

Implication de la Direction


Arun Subramanian (Vice-Président associé & et chef de groupe HSE, à Coromandel International Limited en Inde), soutient que l’un des principaux indicateurs prédictifs est la transparence et la détermination du top management. “Si elles sont clairement exprimées et démontrées, beaucoup de choses sont mises en place”. Mais impliquer le top management, c’est plus facile à dire qu’à faire.

“L’un des défis majeurs”, affirme le Dr. Waddah, “l’une des choses les plus essentielles que les spécialistes HSE ne sont pas capables d’expliquer à la Direction, c’est que les indicateurs prédictifs sont importants en raison de leur causalité. Vous devez dire “ Regardez, si on améliore ces indicateurs prédictifs, vous améliorerez la performance” mais comme il s’écoule nécessairement un certain temps, la Direction doit démontrer une absolue confiance.” Le Dr Praveena explique que vous devez également montrer aux grands dirigeants les conséquences négatives potentielles. “Quel est le pire scénario qui peut arriver?”, dit-elle, “qui soit susceptible d’attirer leur attention.”

Ed ajoute aussi une remarque importante. “Les indicateurs qui ont réduit vos taux d’incidents ne sont pas forcément ceux qui vont les maintenir à ce faible niveau ou qui les réduiront davantage. Ce que nous avons appris, c’est que vous devez mettre l’accent sur la Direction et changer votre mode de pensée sur la sécurité”. Dans cette optique, la prochaine étape peut être l’enseignement des techniques de réduction des erreurs critiques. Ainsi vous pouvez demander aux employés d’évaluer leurs états sur une échelle de 0 à 10 et vous pouvez à présent évaluer les changements et les améliorations en terme de précipitation, de frustration, de fatigue et d’excès de confiance.

Larry partage cet avis. “L’excès de confiance pourrait certainement constituer un indicateur prédictif fiable pour les accidents. C’est un peu le dénominateur commun. Mais si vous pratiquez bien régulièrement les conversations “Évaluez votre état”, vous aurez un “baromètre” sur l’excès de confiance. En d’autres termes, vous ne saurez pas à quelle minute voir à quelle heure il éclatera, mais vous savez qu’un orage se profile.

Alors, qu’est-ce que tout cela signifie?


Les conclusions de ces experts semblent indiquer qu’il n’existe aucun indicateur prédictif miracle qui serait la panacée contre les incidents. Il y a plutôt différents indicateurs prédictifs qui fonctionnent pour différentes entreprises, mais uniquement quand ils sont associés à la transparence et à l’engagement de la Direction. Et, dans le cas des risques identifiés et des presqu’accidents, seulement s’ils sont traités efficacement et en temps raisonnable.


Enseignements

  • Tant que les organisations recherchent une “formule magique” qui délivre un indicateur prédictif unique pour la prévention d'accident, la réalité est alors conditionnée à plusieurs facteurs, notamment:
  • Parler aux employés représente l'un des meilleurs outils de prévention d'accidents. Et il est préférable de leur donner l'occasion d'agir de façon proactive en signalant des actes ou des conditions de travail non sécuritaires plutôt que d'édicter des règles “venues d'en haut” sans une connaissance quotidienne de chaque fonction et de l'état des installations et des équipements.
  • Analyser la qualité de la formation offerte et les conditions qui ont le plus grand impact sur la performance des employés est une manière de découvrir quels sont les indicateurs les plus efficaces pour prévenir les accidents.
  • Ce qui permet d'éviter les accidents et les blessures, ce ne sont pas les indicateurs en soi, mais leur qualité.
  • La sécurité et le bien-être doivent être discutés en concert avec la productivité et la rentabilité.
  • L'efficacité d'un indicateur prédictif dépend de la sécurité des procédés et de la sécurité personnelle des employés.
  • L'implication des hauts dirigeants est essentielle dans la mise en pratique des procédures de sécurité. Vous devez leur montrer que plus les indicateurs clés seront bons, meilleures seront les performances.
  • Un indicateur prédictif doit fournir à l'organisation une vue d'ensemble des résultats de manière à ce que des mesures correctives soient prises avant que des accidents ou des blessures n'arrivent.
¹ Fondé sur les groupes d'experts SafeConnection en Amérique du Nord, Europe, Moyen-Orient, Inde et Asie.
² Toutes les opinions exprimées ici sont strictement celles des intervenants. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions ou les points de vue de SafeStart et des entreprises des intervenants.
³ Pour de plus amples informations sur les groupes d'experts SafeConnection et pour regarder des séances passées ou à venir, veuillez consulter le site https://uk.safestart.com/safeconnection/.

Liste des rubriques :

Recevoir un e-mail notifiant la publication de ces articles

icon-book