Pratique Vs. Théorie par Mackenzie Wilson
#7

#7 Gestion du risque de fatigue.

par Mackenzie Wilson / Synthèse des observations de groupes d'experts SafeConnection

La fatigue fait partie de nos vies : elle affaiblit nos réflexes, notre capacité à anticiper le danger et nos prises de décisions. Comment les responsables sécurité doivent gérer cette réalité, notamment sur le lieu de travail ? L’auteur SafeStart Larry Wilson a invité des experts d’entreprises multinationales à venir prendre part à une nouvelle session de discussions SafeConnection pour comprendre comment ils relèvent ce défi permanent.

Pour commencer, il a pris la température avec le groupe : la fatigue est-elle avant tout de la responsabilité de l’individu ou de celle de la compagnie ? Peut-on sérieusement l’évaluer ? Et quel niveau de contrôle peut-on exercer sur la fatigue au travail ?


Ne vous y trompez pas, une organisation incapable de proposer une gestion efficace du risque de fatigue s’expose à de fâcheuses conséquences :

Comme ils en ont l’habitude, les dirigeants d’entreprise livrent leurs précieuses connaissances qu’ils ont acquises en première ligne sur des problèmes inattendus que la fatigue peut provoquer :

Les employés dont les fonctions nécessitent des longs cycles de travail doivent développer un état d’esprit approprié quand ils entrent en fonction :

Si les rotations font partie de l’approche de la productivité, prévenez vos employés à l’avance de sorte qu’ils puissent s’adapter aussi bien psychologiquement (état d’esprit) et biologiquement (rythmes circadiens) au changement :


Enseignements de ces expériences par Larry Wilson de SafeStart : « Vous avez de plus en plus abandonné les postes permanents », ce qui est une bonne chose du point de vue de la santé mentale et de l’équité. « La gestion de la fatigue est essentiellement une affaire personnelle. Il n’y a que vous qui sachiez réellement votre état de fatigue, et seul vous en connaissez la raison. Aussi parfois vous avez “intérêt” à cacher votre fatigue si vous n’avez pas su gérer votre sommeil, et la rendre ainsi moins perceptible pour un superviseur. » Les dirigeants doivent avoir conscience des conséquences possibles de tels modes de pensée s’ils veulent optimiser la gestion du risque.

Au-delà d’un travail posté en rotation qui respecte les limites mentales et du corps humains, quelles sont les mesures pratiques que peut prendre une entreprise ?

Les employeurs peuvent aussi s’appuyer sur la différenciation du personnel pour surmonter le défi de la gestion du risque de fatigue :

La fatigue liée aux efforts répétitifs n’est pas à négliger, mais la dimension psychologique doit être attentivement observée parce qu’elle peut facilement produire des résultats contre-productifs.


Étude de cas: Larry Wilson de SafeStart se souvient d’un lieu de travail où il a eu beaucoup à faire et où il n’y avait pourtant pas vraiment d’interventions à hauts risques, mais les ouvriers tiraient des chariots toute la journée. Le premier type d’accidents déclarés c’étaient les blessures à l’épaule, et pour autant il semblait que les superviseurs ne les remarquaient même plus. “Mais tous les employés savent qu’ils doivent pousser le chariot. Naturellement ils s’en aperçoivent quand ils commencent à avoir mal à l’épaule. Donc, ce n’est pas si facile. Et c’est injuste de rejeter la faute sur les superviseurs”.

Pour prévenir la fatigue, particulièrement sur les sites de projets d’envergure, cela vaut la peine d’assouplir un peu votre système, même si cela entraîne une augmentation des effectifs ou des ressources spécifiques pour améliorer le confort des employés :

Les débats d’experts ont fait émerger l’idée que la fatigue est devenue pluridimensionnelle – et cela inclut de considérer la santé mentale.

Soyons réalistes : seul un individu sait exactement quel est son véritable état de fatigue ; quand la lassitude commence à devenir un problème, il faut l’admettre et commencer à agir avant qu’une erreur mineure ou plus grave ne se produise. On ne peut pas toujours dormir, mais on peut marcher un peu ou faire quelques étirements, prendre un café ou un thé, ou s’accorder une petite pause et fermer les yeux pendant un petit quart d’heure – sauf au volant !

La fatigue est inéluctable. Mais beaucoup de choses peuvent être faites pour aider à la combattre sur le lieu de travail, si le leadership assume le rôle important qu’il a à jouer.


Enseignements

  • Les organisations doivent prendre la fatigue au sérieux.
  • Le travail posté exige une gestion attentive et une préparation mentale / physique.
  • Ayez recours aux techniques de productivité telles que le mélange des tâches et la répartition des activités.
  • Assouplissez le système pour soulager le personnel en cas de besoin.
  • Une écoute empathique maintient un degré de conscience élevé.
¹ Fondé sur les groupes d'experts SafeConnection en Amérique du Nord, Europe, Moyen-Orient, Inde et Asie.
² Toutes les opinions exprimées ici sont strictement celles des intervenants. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions ou les points de vue de SafeStart et des entreprises des intervenants.
³ Pour de plus amples informations sur les groupes d'experts SafeConnection et pour regarder des séances passées ou à venir, veuillez consulter le site https://uk.safestart.com/safeconnection/.

Liste des rubriques :

Recevoir un e-mail notifiant la publication de ces articles

icon-book