Erreurs critiques dans les entreprises : Voici comment éviter les erreurs humaines

Un travailleur appuie sur le gros bouton rouge du tableau de commande avec beaucoup plus de boutons après une erreur critique

Comme nous le savons tous, l’erreur est humaine – et les erreurs peuvent aussi avoir des conséquences importantes. Au travail, des erreurs involontaires peuvent, par exemple, provoquer des accidents. Mais la bonne nouvelle, c’est que les erreurs et les accidents peuvent être évités grâce à des techniques faciles à apprendre. Cet article explique l’importance cruciale de ce constat pour la prévention des accidents et donc aussi pour l’efficacité opérationnelle et la qualité dans les entreprises.

Qu’est-ce qu’une erreur critique ?

La gestion des erreurs dans le contexte de l’entreprise repose essentiellement sur la définition de trois types d’erreurs :

  • Les erreurs critiques entraînent des conséquences pour l’environnement affecté. Cela signifie qu’elles mettent en danger à la fois les personnes et l’environnement.
  • Les erreurs majeures ne sont pas critiques, mais elles affectent l’environnement et par exemple ce qui peut être est directement lié à la production. Des produits présentant des défauts majeurs sont utilisables, mais leur fonctionnalité est considérablement altérée. Les clients les renverraient.
  • Les erreurs fortuites sont des défauts qui ne réduisent pas de façon significative l’utilité des produits. Les écarts par rapport à la norme sont faibles.

Cette catégorisation, qui a en fait été développée pour la gestion des erreurs, est pertinente non seulement pour améliorer la qualité et l’efficacité opérationnelle, mais aussi pour la sécurité au travail. D’une part, les erreurs critiques peuvent entraîner un arrêt de la production et donc des pertes considérables et des coûts élevés. D’un autre côté, elles peuvent créer des situations très dangereuses dans lesquelles des personnes peuvent être blessées.

D’après notre expérience, les accidents du travail sont principalement causés par des erreurs critiques commises par les employés eux-mêmes : plus de 95 % de toutes les blessures et de tous les accidents sont dus à nos propres erreurs critiques (non intentionnelles). Il existe donc un énorme potentiel d’amélioration, tant en termes d’efficacité des processus et de qualité des produits qu’en termes de sécurité personnelle des employés.

Les erreurs critiques mettent en danger la réussite de l’entreprise

Si nous commettons une erreur critique, nous nous déplaçons généralement directement dans l’environnement affecté. Le plus grand risque est donc celui encouru par la personne elle-même – et le deuxième plus grand risque est celui qui pèse sur l’entreprise. Le préjudice porté aux personnes représente toujours la menace la plus importante et doit absolument être évité, mais l’entreprise aussi a beaucoup à perdre en cas d’erreur critique. En voici quelques exemples :

  • Recherche du personnel de remplacement
  • Temps de formation
  • Retards dus au manque d’expérience du personnel de remplacement
  • Production de rebut quasi inévitable
  • Indemnités.

En production, même de courtes périodes d’arrêt dues à des perturbations opérationnelles entraînent des coûts considérables – même en ne tenant compte que des coûts d’erreur internes.

Autrement dit, les conséquences des erreurs critiques se répartissent en trois catégories : elles coûtent de l’argent, du temps et, plus grave, elles causent des blessures.

Il est donc d’autant plus important que la gestion de la sécurité au travail tienne compte des facteurs humains. L’objectif doit être de doter tous les employés des compétences dont ils ont besoin pour éviter de commettre des erreurs – et ce au bon moment. Cela s’avère payant tant pour l’entreprise que pour l’employé individuel.

Comment comprendre et éviter les erreurs critiques

Lorsqu’il s’agit de la question vitale de la sécurité au travail, les entreprises supposent souvent avoir les mains liées : elles ne pensent pas qu’il soit possible d’aller plus loin que les mesures de sécurité traditionnelles ou de mettre en œuvre une formation à la sécurité basée sur le comportement. Elles se résignent simplement au fait que des erreurs critiques et donc des accidents du travail et des blessures continuent de se produire. On sait depuis longtemps comment se produisent la plupart des accidents au travail : ils sont le résultat de réactions en chaîne selon un schéma très spécifique. Il est donc crucial d’arrêter la réaction en chaîne dès le début. Cependant, dans la sécurité au travail, ce point de vue est souvent largement négligé.

Pour en savoir plus sur ce schéma, lisez l’article suivant : Le schéma liant les états et les erreurs : Comment les erreurs se transforment en blessures.

Le sujet des facteurs humains concerne non seulement la sécurité, mais aussi toutes sortes de défis auxquels sont confrontées les entreprises du monde entier et recèle le potentiel d’améliorer la qualité et l’efficacité opérationnelle.

 

(Image de couverture : © Gavial | stock.adobe.com)