Optimiser les processus de travail par la routine : gain d’efficacité ou risque pour la sécurité ?

Des travailleurs portant des gilets de sécurité se tiennent sur la chaîne de montage et trient les paquets avec des tablettes et des scanners dans un flux de travail optimisé.

Plus nous exécutons souvent une tâche, plus nous développons de la routine et arrivons à l’effectuer rapidement. Par la répétition fréquente d’une même séquence de mouvements, cette séquence s’imprime dans notre cerveau et devient un automatisme : nous n’avons même plus besoin de penser à ce que nous faisons. En conséquence, nous travaillons plus vite et donc de manière plus performante. Mais cet effet peut aussi devenir un risque pour la sécurité, car avec la routine, notre conscience des risques et des dangers diminue considérablement.

La routine, un risque ? Voici ce qui se passe dans le cerveau

L’optimisation des processus de travail est un objectif important des entreprises. L’optimisation des processus et l’intégration transparente des processus de travail peuvent réduire les coûts et l’utilisation des ressources. Des processus de production standardisés et cohérents permettent de réduire le nombre d’erreurs, d’améliorer la qualité et d’accélérer la production.

Cette normalisation s’inscrit dans le fonctionnement de notre cerveau, car environ 90 % de nos processus cérébraux sont subconscients. Pour être plus efficace, le cerveau automatise autant que possible les processus. Par la répétition, les processus de réflexion et d’action s’accélèrent, gagnant en efficacité sur le plan physiologique. Notre cerveau optimise de lui-même les processus de travail. Si un processus est répété assez souvent, nous n’avons même plus besoin d’y réfléchir activement : nous y sommes rodés, et nous travaillons pour ainsi dire en pilote automatique.

Mais ce phénomène présente aussi des inconvénients, dont on ne se rend pas compte. D’une part, une fois internalisés, il devient difficile de modifier nos processus internes. Et deuxièmement, avec l’augmentation de la routine, nous avons plus tendance à nous égarer dans nos pensées.

La routine met en danger les procédures de travail en matière de sécurité au travail.

Quand le travail devient routinier, nous faisons moins attention à ce que nous faisons. Ainsi, nous augmentons inutilement notre risque de blessure, même dans des activités apparemment simples – parce que nous ne sommes plus capables de réagir à temps face aux dangers. Nous devenons alors plus sensibles aux erreurs :

  • Nous regardons ailleurs et n’avons pas les yeux fixés sur la tâche.
  • Nous pensons à autre chose et n’avons pas l’esprit à la tâche.
  • Nous ne surveillons pas notre environnement et entrons en ligne de tir.
  • Nous sommes distraits et risquer de perdre l’équilibre ou de glisser.

Cela peut nous arriver pendant n’importe quelle activité :

  • quand nous trions des colis à la chaîne, comme sur l’image de couverture,
  • quand nous nous tenons près de la presse à l’atelier pour insérer constamment le matériau,
  • ou quand nous travaillons à la maison pendant des heures, à scier des planches de même longueur.

Même de brefs moments de distraction augmentent le risque d’erreurs : vous vous coupez sur un bord tranchant, posez les planches en équilibre précaire et la pile tombe sur votre pied ; ou vous vous trompez de tiroir en triant des objets et devez recommencer à zéro.

Avec la routine, la conscience des risques et de la sécurité diminue

Deux employés en blouse de travail blanche et filet à cheveux se tiennent côte à côte dans l'usine, les bras croisés, souriant
Une révolution dans la culture de la sécurité :
dans notre étude de cas sur la brasserie Wellpark, découvrez la différence que fait une bonne approche de la sécurité au travail pour les employés !
(Image : © WavebreakMediaMicro | stock.adobe.com)

Plus nous sommes expérimentés, plus le risque d’accidents est élevé : parce que les accidents mortels s’observent en particulier chez les employés âgés. C’est parce que la routine mène à la négligence au cours du temps. Surtout si « jusqu’à présent, tout s’est toujours bien passé » – même si nous n’étions pas prudents. Inconsciemment, cela signifie que les risques et les menaces ne sont plus perçus comme tels. Comme les employés âgés et expérimentés servent de modèles et de points d’orientation dans l’entreprise, la conséquence dramatique est que même les plus jeunes collègues deviennent négligents. Il est donc important de briser ces habitudes et d’établir des comportements de sécurité positifs, en particulier chez les employés âgés, ce qui est souvent difficile (« nous avons toujours fait les choses comme ça »).

Changez de routine, améliorez votre sécurité personnelle

Un autre facteur qui complique les choses est que le travail longuement répété jouit d’une image très positive : avoir développé des habitudes de travail est synonyme de maîtrise. Cependant, si l’on place la routine dans le contexte des liens entre les états psychologiques et les erreurs, le revers de la médaille est que la routine devient un risque pour la sécurité.

Sans que nous nous en rendions compte, la routine nous pousse à surestimer nos capacités et à l’excès de confiance. Plus nous avons d’expérience dans une activité et plus nous acquérons de l’expérience, moins nous percevons les dangers potentiels. Cela doit être évité. Afin d’éviter d’augmenter inutilement notre risque de sécurité au cours des activités routinières, nous devons observer les modèles d’erreur – les nôtres et ceux des autres. Par un entraînement ciblé, nous pouvons développer une conscience de la sécurité et une méthode de réduction délibérée de nos erreurs, pour les empêcher avant même qu’elles ne se produisent.

L’optimisation des procédures de travail est judicieuse d’un point de vue économique. Mais gardez toujours à l’esprit les effets négatifs que peut avoir la routine – et prenez les mesures nécessaires pour éviter les erreurs qu’elle engendre !

 

(Image de couverture : © industrieblick | stock.adobe.com)