Que cachent les statistiques des accidents du travail ?

La première partie de cet article portait sur les faits révélés par les statistiques des accidents du travail. Le résultat d’un examen plus approfondi des données montre que des aspects cruciaux sont oubliés. La situation réelle sur le lieu de travail joue un rôle clé : comment les accidents du travail se produisent-ils concrètement, et quelles en sont leurs causes premières ? La deuxième partie qui suit traite du rôle que jouent les facteurs humains dans les accidents du travail et de ce que chacun peut faire pour améliorer la sécurité en entreprise.

Les facteurs humains dans la sécurité au travail

Lorsque l’on tente de chiffrer le comportement humain, le niveau personnel est souvent laissé de côté (et pas seulement pour les données sur les blessures et les accidents). Les approches traditionnelles en matière de sécurité au travail ont souvent tendance à négliger les facteurs humains.

une employée malade avec un casque jaune essuie de la sueur et tente de se concentrer
La fatigue est en cause dans de nombreux accidents et blessures. Heureusement, il existe des moyens simples pour minimiser les risques liés à la fatigue.
>>> Mort de fatigue : ce que chaque entreprise doit savoir sur la fatigue ! <<<
(Image : © auremar | stock.adobe.com)

Cet article, issu de notre série en 12 parties Paradigm Shifts sur la sécurité au travail, traite précisément de ce sujet. Si vous avez déjà lu l’article « Les sources d’événements imprévus – Décision ou erreur ? », vous comprenez l’importance d’analyser la cause initiale qui a déclenché l’incident. Les blessures et accidents sont le plus souvent le résultat d’une « réaction en chaîne » : un événement inattendu se produit et, selon la situation, cela engendre un accident, une blessure ou même un accident évité de justesse. Les causes des événements inattendus peuvent être réparties en trois catégories, selon que l’événement résulte de :

  • Une action de la part de la personne (blessée) elle-même
  • Une action de la part d’autre personne
  • Un dysfonctionnement d’une machine ou d’un autre dispositif de travail.

Égratignures, ecchymoses, fractures… Liées au travail ou non, les blessures relèvent toujours du même schéma de risque. Réfléchissez à celles que vous avez pu subir au cours de votre vie : n’est-il pas vrai que la majorité de vos blessures furent dues à une erreur involontaire de votre propre part ? Cela signifie que nous portons nous-mêmes la plus grande part de responsabilité pour notre propre sécurité – et il s’agit là d’un fait universel.

Ce n’est ainsi pas l’activité elle-même qui détermine la survenue d’un accident du travail – même dans le cas d’activités à faible risque, le risque pour la sécurité peut soudainement augmenter lorsque l’on commet une erreur critique sous le coup, par exemple, d’un état comme la précipitation. D’où l’importance de sensibiliser les individus aux compétences essentielles en matière de sécurité.

Comment assurer sa propre sécurité

C’est exactement sur ce point que se concentre le programme SafeStart : nous vous offrons, à vous et à vos employés, une conscience accrue de la sécurité via des méthodes qui sont à la portée de tous. Ces techniques de réduction des erreurs critiques (« TREC ») font partie intégrante du programme de base de SafeStart. Avec ce programme, vous acquerrez les compétences dont vous avez besoin pour vous comporter en toute sécurité en tout temps – au travail, mais aussi au domicile ou au cours de vos trajets.

Pour un aperçu de l’impact du programme SafeStart, nous vous recommandons de lire nos études de cas, que vous pouvez télécharger gratuitement ici.

(Image de couverture : © Paolese | stock.adobe.com)