#12 – La cause réelle de la précipitation et un point de vue différent sur l'engagement des employés

Même avec une bonne planification, il nous arrive souvent de devoir nous précipiter. Les causes réelles passent souvent inaperçues. Découvrez des méthodes simples pour éviter les erreurs, et améliorer l'efficacité du travail et l'engagement des employés.

Nous voici arrivés à la dernière partie de notre série Paradigm Shift : permettez-moi tout d’abord d’exprimer ma joie suite aux nombreux retours que nous avons reçus ! Dans le précédent épisode, nous avons abordé la question du nombre d’erreurs qui surviennent quotidiennement en raison de la précipitation, de la frustration, de la fatigue et de l’excès de confiance, ces derniers éléments jouant presque toujours un rôle direct ou indirect. Dans notre dernier article, nous examinons les causes réelles de la précipitation et partageons des techniques pour optimiser la sécurité des employés.

Plus tôt dans la série, nous avons vu comment nos états physiques et émotionnels, tant individuellement qu’en combinaison, peuvent mener à de mauvaises ou même dangereuses décisions critiques. Imaginez des travailleurs, en retard sur un gros projet, tentés de contourner des dispositifs, des règles ou des protocoles de sécurité – comme une évaluation des risques. Il est vrai que les gens, lorsqu’ils se précipitent, peuvent s’auto-déclencher, c’est-à-dire se rendre compte que leur capacité décisionnelle est compromise. Mais il serait néanmoins sage de se demander d’abord ce qui provoque ce phénomène de précipitation.

Si vous interrogez quelqu’un au sujet d’une période d’activité particulièrement chargée, la réponse impliquera presque toujours une mauvaise planification. Mais avez-vous déjà fait exprès d’être surchargé donc pressé ? Probablement pas, puisque ces situations sont particulièrement stressantes et désagréables. Vous n’entendrez jamais quelqu’un dire : « Restons encore un peu et prenons un autre café. À l’aéroport, dans les files d’attente nous pourrions demander à l’ensemble des personnes nous laisser passer sous prétexte d’être pressé puis nous courrions vers la porte d’embarquement pour monter à bord juste à temps. » Dans la vraie vie, il y a peu de chance que cela arrive. Toutes les histoires qui concerne les voyages en avion sont nettement plus susceptibles de se dérouler de cette façon : sur le chemin de l’aéroport de bonne heure, nous remarquons que nous avons oublié quelque chose comme un passeport par exemple et donc sommes obligés de faire demi-tour, puis de retour à l’aéroport nous devons supplier les autres voyageurs de nous laisser passer devant eux, pour ensuite nous précipiter vers la bonne porte, en nous sentant plus ou moins à l’aise dans notre costume tout débraillé et en portant des bagages lourds, pour finalement atteindre notre siège tout en sueur.

Toutes les situations ne sont pas aussi dramatiques. En fait, la précipitation signifie simplement devoir faire les choses plus vite que d’habitude. Il n’est pas nécessaire de se précipiter longtemps, pas plus qu’il n’est nécessaire d’atteindre des records de vitesse. En fait, à quelques exceptions près, nous faisons tous l’expérience de la précipitation, tous les jours.

Continuer la lecture

PARTAGER CET ARTICLE !

Lancer une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez gratuitement l’article Paradigm Shifts #12 – La cause réelle de la précipitation et un point de vue différent sur l’engagement des employés – en PDF !


PROCHAIN NUMÉRO :