#5 – Équilibre entre progression du sens de la sécurité et des compétences

Plus on est bon à une tâche, plus on est en sécurité. Mais la routine nous pousse aussi à l’excès de confiance, ce qui entraîne de lourdes conséquences. Car si le nombre de blessures diminue avec l'âge et l'expérience, ces blessures deviennent de plus en plus graves.

Pendant l’enfance, nous subissons constamment des blessures, mais la situation s’améliore progressivement à l’âge adulte, au point où nous ne nous blessons que très rarement. Il en résulte un « équilibre de la sécurité » qui perdure à travers notre vie adulte, au cours de laquelle nous acceptons simplement nos quelques rares blessures comme une fatalité, tout en gardant un sentiment de sécurité. Mais ce sentiment est fallacieux : les blessures à l’âge adulte sont certes moins nombreuses, mais elles deviennent plus graves. Puis, au fur et à mesure que nous progressons vers l’âge mûr, le nombre de blessures commence de nouveau à augmenter de manière significative – l’excès de confiance nous conduit à commettre des erreurs critiques ayant des conséquences de grande portée. La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons facilement rectifier ce faux sentiment de sécurité, comme le démontre le nouvel épisode de cette série.

Combien de fois nous heurtons-nous à des objets (ou des personnes), trébuchons-nous, ou subissons coupures, brûlures et égratignures ? Le nombre est incalculable. Ce qui est frappant, cependant, c’est que la majorité de ces blessures surviennent pendant l’enfance. Quiconque a déjà vu un enfant courir en connaît les conséquences potentielles : les bleus, bosses et autres égratignures font partie intégrante de la petite enfance au même titre que les tétines et les peluches. Mais, avec l’âge, nous apprenons à mieux marcher, monter des escaliers, et estimer les distances et la vitesse. Nous avons appris qu’une plaque de cuisson peut être chaude et qu’il vaut mieux ne pas y mettre la main. De ce fait, les blessures deviennent de plus en plus rares.

Il se produit une sorte de conditionnement : dans l’enfance, nous ressentons des douleurs liées aux blessures environ 15 à 25 fois par semaine, et cinq à dix de ces incidents laissent des marques visibles et nécessitent d’être traités avec un pansement ou autre. Lorsque les jeunes enfants commettent une erreur, des conséquences désagréables en résultent presque à chaque fois. Pas étonnant qu’ils apprennent vite à faire de leur mieux pour éviter de répéter les erreurs.

Continuer la lecture

PARTAGER CET ARTICLE !

Lancer une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez gratuitement l’article Paradigm Shifts #5 – Équilibre entre progression du sens de la sécurité et des compétences – en PDF !


PROCHAIN NUMÉRO :